Image default
Commerce et Economie

Pourquoi l’impression de beaux livres est éternelle ?

Notez cet article

Mesurée en masse, la pile de « livres que nous voulons lire » qui se trouve précairement au bord d’une étagère intégrée dans la salle à manger dépasse presque 5 000 pages. L’étagère est pleine à craquer de titres qu’on espère consommer à un moment indéterminé dans le futur.

Ce serait beaucoup plus facile à gérer si on venait de télécharger tous ces livres sur un iPad ou un Kindle. Aucune édition difficile à trouver ne serait indisponible en format numérique, et quelques-unes sont des versions récentes à couverture rigide, lourdes et difficiles à manier.

Mais il y a quelque chose à propos de l’impression de beaux livres que nous ne pouvons pas abandonner. Il y a quelque chose dans le fait de tenir un livre dans votre main et dans l’acte viscéral de tourner physiquement une page qui, du moins pour moi, ne peut être comparé à des pixels sur un écran.

Les livres font de la résistance

Pourtant, l’écriture semble être accrochée au mur: les livres électroniques ont peu à peu englouti le format imprimé en tant que moyen privilégié de lecture. Les livres électroniques ont dépassé les ventes imprimées pour la première fois en 2011, une tendance qui s’est poursuivie jusqu’en 2012. Seulement ce mois-ci, une région en France, a annoncé son intention de créer la première bibliothèque électronique du pays. Une étude récente de a révélé que le pourcentage d’enfants ayant lu un livre électronique a presque doublé depuis 2010, soit près de la moitié de tous les enfants âgés de 9 à 17 ans, tandis que le nombre d’enfants qui déclarent continuer à lire des livres au lieu de électroniquement diminué de 66% à 58%.

Pour ceux qui préfèrent leurs livres imprimés à l’encre sur papier, cela semble déprimant. Mais il y a peut-être lieu d’espérer que les livres électroniques et les livres imprimés puissent avoir un avenir brillant ensemble, car malgré tout ce que le livre électronique permet d’accomplir, commodité, sélection, portabilité, multimédia, il existe encore certaines qualités fondamentales qu’ils ne pourront tout simplement jamais posséder.

Les livres ont une beauté physique

Cela ne veut pas dire que les livres électroniques ne peuvent pas être beaux: en tant que média, les livres électroniques sont encore nouveaux et les concepteurs doivent encore réaliser pleinement leur potentiel. Mais pour les livres papier, nous sommes déjà là. La couverture du livre a évolué en tant qu’outil de marketing. Il devait attirer votre attention depuis sa place sur le plateau. Pour cette raison, les couvertures les mieux conçues étaient souvent de belles œuvres d’art. Pas si dans le monde numérique.

L’image de couverture peut nous aider rapidement à nous ancrer, mais nos yeux sont attirés par le nombre et la qualité des avis. Nous recherchons des métriques autres que des images, des métriques réelles, et non des signifiants marketing artificiels. Et bien que cela puisse éventuellement permettre aux imprimeurs de livres d’être plus créatifs dans leurs conceptions, vous ne pouvez pas afficher un livre numérique, même si vous le souhaitiez. Tout livre électronique doté d’un beau design ne le fait que de manière éthérée.

Les livres électroniques sont parfaits pour les personnes qui s’intéressent uniquement au contenu, qui ont des problèmes de vision ou d’autres limitations physiques, ou qui ont honte de ce qu’elles lisent.

Les livres ont une provenance

Vos livres préférés vous définissent, et les versions numériques ne semblent pas donner de liens aussi profonds.

Cette partie de l’expérience ne se traduit pas au format électronique. Un jour, dans un avenir lointain, le Kindle de David Eggers sera peut-être vendu par Bauman Rare Books sur Madison Avenue, mais il est peu probable que les livres numériques deviennent des artefacts personnels au même titre que leurs équivalents physiques et l’impression de beaux livres.

Le papier a une valeur durable que les gens apprécient. Les pixels sont trop temporaires, un entrepreneur de l’équipe Kepler pour 2020, par courrier électronique. Madan et ses cohortes tentent de réinventer le modèle commercial des librairies indépendantes, notamment en proposant des moyens de vendre et d’offrir des services autour des livres électroniques. Les livres existent depuis très longtemps et les gens entretiennent une relation plus étroite avec certains livres qu’avec la plupart des contenus numériques.

Les livres imprimés collectionnables

Ils possèdent la qualité de rareté, ce qui signifie que votre copie est unique à un certain niveau. Pour les lecteurs qui aiment vraiment un livre en particulier, un fac-similé électronique ne constitue pas un substitut suffisant pour posséder une copie physique.

Les artefacts physiques commencent à se sentir plus précieux, plus comme des cadeaux. Et on peut voir la publication se dérouler de la même manière. Ce que nous perdrons au profit de la publication numérique, ce sont les impressions bon marché sur le marché de masse produites sur du papier de mauvaise qualité. Et ce que nous gagnerons, c’est une nouvelle appréciation de livres cartonnés bien conçus et de meilleure qualité.

Related posts

Quels sont les différents dispositifs de contrôle d’accès ?

Claude

Pour quel équipement de sécurité opter pour dissuader d’éventuels intrus ?

Claude

Quel est le rôle des cabinets de conseil en management ?

Claude